Un médicament contre des maladies du cœur s’avère être aussi un antibiotique puissant. Y compris contre les super-bactéries qui inquiètent la planète.

C’est une (bonne) surprise comme il en arrive parfois en recherche médicale : un médicament développé pour une cible s’avère être également efficace pour lutter contre tout autre chose. C’est ainsi que ce mercredi une équipe de l’ULiège publie des recherches originales prouvant qu’un médicament régulièrement prescrit dans le cadre de maladies coronaires est aussi un antibiotique puissant, y compris contre des souches résistantes.

Les chercheurs démontrent que le médicament antiplaquettaire ticagrelor (commercialisé sous le nom de « brilique » en Belgique) possède une activité bactéricide contre les bactéries Gram-positives. Les bactéries Gram-positives ont une structure unimembranée. La couche de peptidoglycane des bactéries à Gram positif est très épaisse contrairement à celle des bactéries à Gram négatif. L’espace périplasmique, beaucoup plus étroit que chez les Gram négatif, est un espace de stockage d’enzymes, de nutriments, de protéines, d’ions… Il a beaucoup d’autres fonctions notamment dans certaines étapes de la synthèse de protéine et dans le métabolisme.

La suite de cet article est à découvrir sur le site du journal Le Soir en cliquant ici : https://plus.lesoir.be/223050/article/2019-05-08/un-super-antibiotique-decouvert-liege